Gérer l'anxiété

Gérer l’anxiété : la sophrologie et la relaxation peuvent faire des miracles, et voici comment !

Partagez cet article à vos amis !

Vertiges, palpitations, pensées qui tournent en boucle, insomnie… L’anxiété prend de nombreuses formes, et est un vrai fléau qui touche une grande partie de la population : 21 % des 18-65 ans vivront au moins un épisode de trouble anxieux dans leur vie (1) ! Mais pas de panique : il existe pléthore de solutions pour gérer une anxiété trop présente. Notamment la sophrologie et la relaxation, au travers de nos ateliers !

L’anxiété, une prison mentale dont on a du mal à s’extraire

L’anxiété est une réponse naturelle du corps vis-à-vis d’un élément extérieur. Il est donc tout à fait normal que nous soyons anxieux de temps à autre ! Malheureusement, dans certains cas, elle peut dégénérer en un état chronique.

Le terme même d’anxiété regroupe plusieurs réalités, à commencer par l’épisode anxieux passager, que nous connaissons tous, mais aussi l’anxiété sociale, la phobie, le TOC, le trouble panique et enfin le trouble anxieux généralisé. Il est intéressant de savoir qu’en moyenne, les femmes ont deux fois plus de chances d’être touchées par un trouble anxieux que les hommes, avec une prévalence chez les jeunes adultes.

Les manifestations physiques et psychiques de l’anxiété sont nombreuses, et peuvent être parfois impressionnantes, notamment en cas d’attaque de panique ! En conséquence, on entre dans un cercle vicieux où l’on redoute la survenue de ces symptômes, ce qui génère de l’anxiété, qui se traduit en symptômes, et qui génèrent à leur tour encore plus d’anxiété… C’est par exemple le cas typique de l’angoisse de l’insomniaque qui retarde l’heure de son coucher par peur de ne pas dormir et qui, par manque de sommeil réparateur, renforce son stress.

Lorsque cette anxiété inappropriée n’est pas traitée, elle peut dégénérer en trouble anxieux généralisé, c’est-à-dire un état de stress quasi permanent où l’on ne parvient plus à contrôler ou rationaliser ses pensées. Voire même, pour la forme la plus grave, entraîner une dépression majeure. 

Si, en première intention, les personnes souffrant d’anxiété se voient prescrire un traitement médicamenteux, il s’agit ensuite d’opérer de profonds changements pour traiter la source même de l’anxiété, puis trouver et consolider un nouvel équilibre. Il est essentiel de reprendre le contrôle de ses pensées, d’aborder différemment ses problèmes et de retrouver un mode de vie sain. Cela peut être fait en psychothérapie (notamment par la thérapie cognitive-comportementale), mais aussi au travers de pratiques complémentaires telles que la méditation, la relaxation ou encore… la sophrologie !

Attention : il faut toujours vérifier auprès de son médecin que l’anxiété ne soit pas révélatrice d’une maladie sous-jacente.

La sophrologie, une technique de lutte contre l’anxiété reconnue par le milieu médical

En France, la sophrologie en tant qu’outil de gestion du stress a fait une entrée (discrète) dans les établissements hospitaliers. Cela ne fait en effet que depuis quelques années que les thérapies complémentaires côtoient la médecine conventionnelle dans ces structures, mais leurs bienfaits sont de plus en plus remarqués ! Par exemple :

  • L’Institut Curie propose depuis 2007 des séances de sophrologie pour aider ses patients à gérer le stress lié aux soins et à la maladie.
  • Le CHU de Montpellier utilise la sophrologie dans la prise en charge des patients les plus anxieux (claustrophobie dans les appareils d’IRM, stress important à l’approche d’un examen…).
  • Le CHU de Bordeaux propose des formations de sophrologie à son personnel soignant pour mieux aider leurs patients à combattre leurs angoisses.

Et pour cause !

Des chercheurs de l’Université de Stanford ont prouvé le lien entre respiration et relaxation par la stimulation de neurones régulant une région du cerveau impliquée dans l’anxiété (2). L’Université Wayne State a quant à elle constaté une réduction de 50 % de la douleur après avoir proposé des exercices similaires à ceux utilisés en sophrologie sur des personnes atteintes de fibromyalgie, ainsi qu’une nette amélioration dans la gestion des émotions (3). Une aubaine compte tenu des nombreux symptômes parfois douloureux causés par l’anxiété (maux de ventre, maux de tête, douleurs dorsales…) qui ne font que renforcer l’angoisse.

Développez des ressources pour gérer votre anxiété grâce à la sophrologie et à la relaxation

Si la sophrologie et la relaxation sont des pratiques qui servent de nombreux objectifs (voir notre page dédiée), elles sont principalement axées sur la gestion du stress. Si vous êtes une personne anxieuse, vous avez très probablement une résistance moindre au stress et avez tendance à anticiper le moindre événement de la vie : en clair, vous êtes en gestion de crise permanente ! Apprendre à développer vos capacités d’adaptation devient impératif. Voici comment la sophrologie et la relaxation peuvent vous aider à lutter contre vos angoisses :

  • Repérer les prémisses de l’anxiété : en apprenant à vous reconnecter à votre corps et à connaître vos schémas de pensée, vous aurez plus de facilité à vous poser en observateur et à gérer une montée d’anxiété au lieu de vous laisser submerger par surprise.
  • Maîtriser vos pensées : dans un état anxieux, vos peurs et anticipations ont tendance à tourner en boucle dans votre tête et à altérer votre quotidien. Grâce aux exercices proposés par la sophrologie et la relaxation, vous apprendrez à enrayer ce processus pour redevenir maître à bord.
  • Apaiser vos émotions et symptômes : lorsque le stress prend ses aises, le système nerveux végétatif (dit autonome) passe en mode « fuite ou combat » et active alors le système nerveux sympathique. Le problème avec l’anxiété, c’est que cette réponse au stress s’active face à un danger imaginaire que l’on ne peut ni fuir, ni combattre physiquement ! Grâce à des exercices de respiration et de visualisation pouvant être associés à des mouvements doux, vous activez le pire ennemi du stress : le système nerveux parasympathique, capable de calmer cette décharge inappropriée d’adrénaline et de noradrénaline ! Vous verrez, c’est mécanique : par exemple, lors d’une attaque de panique, on a tendance à hyperventiler, mais reprendre la maîtrise de son souffle permet très rapidement de reprendre pied.

Découvrez-en plus sur votre système nerveux !

  • Générer des sensations positives : grâce aux exercices de visualisation et à la conscience et l’ancrage du corps dans le moment présent, vous arriverez plus facilement à vous créer une bulle de sérénité dans laquelle l’anxiété n’aura plus d’emprise.
  • Reprendre confiance en soi et en l’avenir : enfin, puisque l’anxiété est souvent liée à une inquiétude anxiogène et à une difficulté à lâcher-prise, il s’agit de se focaliser sur le positif plutôt que sur le négatif et d’apprendre à être bienveillant envers soi-même. Ne plus se dire « Ça m’angoisse à l’avance, je ne vais jamais surmonter cela », mais plutôt « J’ai confiance en mes capacités, et si ça ne se passe pas comme je le veux, ce n’est pas grave ! ».

L’anxiété est un trouble qui est aujourd’hui très bien documenté, et les techniques de relaxation sont reconnues pour être d’excellents appuis, avec des résultats qui vous serviront toute votre vie (et sans effets secondaires !). En général, il faut compter 5 à 8 séances individuelles de sophrologie pour acquérir les bases et voir un réel changement s’opérer dans la gestion de votre anxiété. Ces bases peuvent être ensuite renforcées pour élargir votre éventail de techniques anti-stress par la participation à un cours collectif. Nos cours de sophrologie et de relaxation vous intéressent ? Contactez-nous dès maintenant pour participer à nos ateliers !


(1) Anxiété.fr : Quelques chiffres sur les troubles anxieux

(2) Stanford Medicine : Study shows how slow breathing induces tranquility

(3) Wayne State University : New Wayne State research findings offers hope to people with fibromyalgia

© Crédit photo : fizkes / stock.adobe.com


Partagez cet article à vos amis !