La relaxation dynamique

La relaxation dynamique pratiquée en sophrologie est adaptée au réel, à l’homme moderne. Quittant la dimension statique de nombreuses méthodes de relaxation, il s’agit, en état de relaxation, d’activer la prise de conscience par l’individu de sa réelle dimension (donc pas allongé…). L’individu est guidé dans un enchaînement d’exercices qui révèle le sujet à lui-même, par l’expérience vécue et intégrée de sa corporalité. Il ne s’agit pas ici d’analyser, mais de vivre pleinement cette dimension corporelle en ouvrant la conscience à ces zones privilégiées.

La relaxation dynamique, à travers des tensions douces, alternance de mouvement et de repos est un « outil » qui permet de prendre conscience : prise de conscience d’un schéma corporel toujours évolutif.

Une technique divisée en plusieurs degrés

La relaxation dynamique est divisée en 12 degrés, mais le plus souvent, seuls les 3 premiers seront utilisés et suffisants pour arriver à un résultat satisfaisant.

La relaxation dynamique du 1er degré

Elle est inspirée du Yoga Hindou et plus particulièrement de la méditation Dhyana. Ce qui importe, c’est de prendre conscience de son corps, des lieux de tension, sans interprétation, sans jugement. Il s’agit de se laisser interpeller par les signaux du corps, d’accompagner le vécu du corps. Ce premier degré a pour but de s’éveiller à la corporalité, de prendre conscience de son schéma corporel et de la possibilité de le transformer pour un mieux-être. Elle se pratique essentiellement en position debout = « Posture de l’homme en vie »

La relaxation dynamique du 2ème degré

Elle est inspirée du Bouddhisme Tibétain. La conscience devient englobante et permet la contemplation du corps comme vu de l’extérieur.

La relaxation dynamique du 3ème degré

Ele est inspirée du Zen Japonais. C’est le degré qui conduit à la méditation.

Les autres degrés utilisent pour la plupart des sonorisations.

Les techniques utilisées durant une séance

Lors d’une séance, la pratique commence par la Sophronisation de base, qui permet d’accéder à un niveau de conscience située entre la veille et le sommeil. Les techniques qui suivent utilisent la respiration et le mouvement (exercices dits “dynamiques”: conscience du corps en tension et du corps relâché, sensations liées au corps en mouvement et au repos), et la visualisation (techniques statiques: futurisation, anticipation, imagination…).

La posture est très importante. On travaille debout et assis.

Dos droit = verticalité = vigilance = conscience. 

Les mouvements s’effectuent essentiellement en rétention : inspiration – rétention / mouvement – expiration. Par conséquent, la pratique peut être déconseillée aux personnes souffrant d’hypertension, de troubles cardiaques et d’apnée du sommeil (voir son cardiologue avant).

Puisqu’il s’agit de s’ouvrir aux phénomènes, les pauses d’intégration suivant le mouvement constitue l’étape la plus importante. On a pris conscience, on intègre ces sensations ici et maintenant sans a priori ou interprétation.

Ateliers de relaxation et de sophrologie à Bourges et Baugy

Top