Faire face au confinement covid-19

Comment faire face aux conséquences psychologiques du confinement COVID-19 ?

Partagez cet article à vos amis !

Cette situation difficile, pleine d’incertitudes (« Vais-je être touché par le coronavirus ? Et mes proches ? », «  Que va-t-il en être de mon salaire, de mon travail, de mon entreprise ? », etc.) peut générer une anxiété importante, tout au moins de l’inquiétude. Tout dépendra des ressources dont vous disposez ! En effet, les personnes ayant des facilités à s’intérioriser, appréciant les activités intellectuelles ou créatives et/ou sachant s’occuper seules vivront mieux le confinement COVID-19 que celles qui sont davantage tournées vers le monde extérieur. 

Par ailleurs, l’anxiété provoquée par la pandémie sera d’autant plus forte et compliquée à gérer que la personne est déjà anxieuse et/ou hypocondriaque.

Voici quelques conseils qui pourront vous aider à passer cette triste et contraignante période. Appliqués avec tout le discernement nécessaire, — la pandémie du coronavirus est à prendre au sérieux ! — ils pourront contribuer à rendre cette expérience obligée moins difficile, voire enrichissante.

Qu’est-ce qui peut nous aider à mieux vivre le confinement dû au COVID-19 ?

Tout d’abord, évitez la consultation de sources multiples d’information pas toujours fiables ! Les « fake news » sur le COVID-19 se propagent rapidement et contribuent grandement à alimenter l’anxiété collective. Mieux vaut choisir de se limiter à quelques sources d’information et à ne pas les consulter en boucle. Être informé, oui, être sur ou mal-informé, non !

Appuyez-vous sur les sources sûres plutôt que sur les réseaux sociaux pour savoir comment évolue la situation : journaux réputés, informations du gouvernement… Respectez les gestes barrières et les modalités de confinement édictées par le gouvernement. Placez votre énergie au bon endroit en appliquant scrupuleusement les consignes : cela est vital pour aider à freiner la propagation du coronavirus, éviter le sur-engorgement des hôpitaux et viser la sortie de cette pandémie!

Relativisez votre inquiétude

Dans cette situation, il est tout à fait normal d’être inquiet, notamment pour sa propre santé et celle de ses proches. Nous pouvons canaliser cette appréhension afin qu’elle devienne un véritable moteur : en restant chez vous, vous contribuez à sauver des vies ! L’héroïsme dont chacun est capable aujourd’hui est dans cet impératif. Pour ceux qui doivent renoncer à leur travail et peuvent se sentir impuissants face à la situation, ils leur est possible de contribuer ainsi à l’effort planétaire pour combattre cette maladie. Pour ceux qui continuent à travailler, c’est à chacun d’être reconnaissant de continuer à pouvoir se nourrir, être informés et se divertir (médias, sources d’énergie…), être enseigné et bien d’autres nécessités à notre existence. Sans oublier bien sûr le plus important… être soigné ! Et là nous ne pouvons que soutenir par nos actes de prudence et saluer l’investissement sans limite de tout le personnel soignant. Chapeau bas !

Faire ce qui est à faire, être prudent pour soi et pour les autres sont les meilleures attitudes antidotes à l’angoisse.

Ancrez-vous dans le présent

La problématique de l’anxiété est d’anticiper de façon irraisonnée des situations négatives qui ne se réaliseront (très) probablement pas. L’esprit non maitrisé élabore ainsi les pires scénarios, d’autant plus que l’être humain à une tendance naturelle au pessimisme. 

La situation actuelle est certes anxiogène, mais pour la vivre « au mieux », de façon « efficace », il nous appartient de centrer toute notre attention sur ce qui est et non sur ce qui est supposé être. Toute activité, même banale, peut être l’occasion de se concentrer sur le moment présent. Reporter son attention sur ce que l’on fait est une technique utilisée notamment dans la méditation de pleine conscience. Par exemple, quand vous faites la vaisselle, percevez toutes les sensations que procure l’eau qui coule sur vos mains !

Une autre attitude (directement complémentaire à la précédente) est de se centrer sur les besoins de son corps : manger, dormir, se vêtir, faire sa toilette, entretenir sa musculature, etc. Pour ceux qui ont des difficultés à dormir correctement en ces temps difficiles, reportez-vous à notre article dédié pour connaître quelques exercices !

En cas de Trouble Anxieux Généralisé (anxiété chronique et excessive), il faudra faire les choses au jour le jour et s’appuyer sur toutes les techniques qui peuvent aider à faire baisser votre niveau de stress (bain au sel d’Epsom, méditation, yoga, running…). Si une crise de panique survient, ne pas hésiter à demander l’aide de vos proches pour vous rassurer et, le cas échéant, vous aider à stopper l’hyperventilation. Rappelez-vous : une crise d’angoisse ne peut pas vous tuer, même si vous êtes convaincu(e) du contraire lorsqu’elle arrive !

Positivez la situation

Pour beaucoup d’entre nous, le manque de temps est une plainte récurrente. Dans la situation inédite que nous vivons, cette denrée précieuse qu’est le temps nous est offerte en quantité (en tous cas pour tous ceux qui ne peuvent plus travailler). Qu’allons-nous faire de ce temps ? Nous pouvons tout d’abord nous sentir « empruntés », désœuvrés, car nous n’avons pas l’habitude de disposer de ce temps. Un peu comme lorsque sonne l’heure effective de la retraite, une période plus ou moins longue est nécessaire pour se faire à la nouvelle situation.

L’occasion nous est donnée de réfléchir sur nous-même. Cette situation peut être envisagée comme une perche tendue à l’être humain pressé (dans tous les sens du terme…) qui a tellement de mal à ralentir, à se poser, à s’intérioriser, à contempler… Ce peut être une opportunité de prise de conscience qui pourra nous amener à effectuer des changements bénéfiques dans notre vie, lorsqu’elle aura repris son cours après la pandémie.

C’est aussi une circonstance opportune pour nous relier au sentiment de communauté. Bien que confinés, soyons conscients que nous faisons un acte utile à l’humanité toute entière, car en nous protégeant, nous protégeons les autres du COVID-19. Par ailleurs, déjà au bout de quelques jours, de nombreuses initiatives pour maintenir le lien social sont nées. Par exemple, les apéros aux fenêtres entre voisins lancés à Lyon par un média local ! Qui sait ce que les prochains jours nous réservent en matière d’initiatives créatives ?

Maintenez un emploi du temps structuré

Conserver un rythme de vie sain et routinier aidera notamment les personnes les plus vulnérables au stress généré par le confinement COVID-19.

Se lever à heure fixe, faire son petit déjeuner, sa toilette, faire le lit, faire à manger, manger, etc. sont autant d’actes simples sur lesquels nous pourrons nous appuyer. L’idéal serait de profiter de cette période pour développer une attitude de pleine conscience à l’égard des gestes de notre quotidien.

C’est le moment de s’investir dans une réorganisation de son quotidien et d’assainir nos habitudes !

Quelques idées d’activités à faire pendant le confinement COVID-19

Être bloqué chez soi ne veut pas dire rester oisif ! Voici quelques idées à exploiter pour les prochaines semaines.

  • Rangez les placards.
  • Faites du tri dans vos vêtements.
  • Triez vos photos (profitez-en pour vous remémorer des souvenirs positifs !).
  • Faites du sport chez vous (plusieurs salles de sports ont mis en ligne des vidéos gratuites de séances de sport, comme Body’s Studio).
  • Occupez-vous de votre jardin ou de votre balcon si vous en avez un (ça tombe bien, c’est le printemps !).
  • Téléphonez à vos proches et amis (maintenir et entretenir les liens familiaux et amicaux, c’est important !).
  • C’est aussi le moment d’attaquer cette pile de livres non lus qui attend depuis un moment.
  • Selon la situation de chacun, jouez avec votre conjoint-e, enfants et animaux.
  • Regardez des films comiques (rire détend !) et les films enregistrés que vous n’avez jamais eu le temps de visionner (Canal + et toutes ses chaînes sont devenues gratuites pour mieux vivre ce confinement).
  • Faites un « journal de confinement » (document qui pourra être très intéressant à relire quand cette situation sera derrière nous). Pourquoi pas ouvrir un blog ?
  • Profitez des nouvelles technologies pour inventer de nouveaux contacts sociaux (dîner entre amis via Skype par exemple).
  • Apprenez une nouvelle langue.
  • Triez vos papiers administratifs en retard.
  • Essayez plein de nouvelles recettes de cuisine.
  • Soyez créatifs ! Les écrivains, peintres, dessinateurs, bricoleurs, chanteurs et musiciens en herbe ont une occasion inespérée de développer leur talent.

Et bien sûr, misez sur le yoga, la sophrologie, la méditation…

C’est le moment ou jamais de lire !

Si la perspective de rester confiné à cause du COVID-19 vous déprime, voici quelques idées de lecture qui font du bien sur les conseils de la librairie Point Virgule, 46 rue d’Auron à Bourges. À consommer sans modération !

  • « Complicités animales » d’Anny Duperey (Ed. Le Cherche midi)
  • « Je chemine avec Gilles Clément » (Ed. Seuil)
  • « Je chemine avec Hubert Reeves » (Ed. Seuil)
  • « La vie est plus belle en musique » de Claire Marie le Guay (Ed. de Poche)
  • « Les émotions cachées des plantes » de Didier Van Cauwelaert (Ed.Plon)
  • «  Le jardin des fleurs secrètes» de Cristina Caboni ( Ed.Presses de la cité)
  • «  Changer l’eau des fleurs » de Valérie Peyrin (Ed. de Poche)
  • « Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie » et tous les autres livres de Virginie Grimaldi (Ed. de Poche)
  • «  Best love Rosie » de Nuala O’Faolain ( Ed. Sabine Wespieser)
  • « La bibliothèque des cœurs cabossés » de Katarina Bivald ( Ed. J’ai lu)
  • «  Félix et la source invisible » (Ed.Albin Michel) et tous les autres livres de Eric Emmanuel Schmitt
  • « La consolation de l’ange » de Frédéric Lenoir ( Ed.Albin Michel)
  • «  La petite librairie des gens heureux » de Véronica Henry (City Editions)
  • « Tout le bleu du ciel » de Mélissa Da Costa (Ed. de Poche)

Comme le dit Fernando Parrado, l’un des survivants du crash du vol 571 dans la cordillère des Andes, « la peur nous sauve, la panique nous tue ». Si l’on peut se sentir entravé de notre liberté durant cette période de confinement, il est de notre responsabilité à tous de garder notre calme et de prendre les choses avec sérieux et philosophie !


© Crédit photo : LoloStock / stock.adobe.com
© Crédit icônes : Icons8


Partagez cet article à vos amis !